Euro 2016 : « Quand la différence n’oppose plus, c’est la paix qui gagne ! »

stade saint denis euro 2016

Le père Didier Noblot est prêtre du diocèse de Troyes et directeur adjoint du Service National pour l’Evangélisation des Jeunes et pour les Vocations. Au stade de France pour le premier match de l’Euro 2016 France-Roumanie, il nous livre son regard sur cet événement et sur la pratique du football en général avec les jeunes et en tant que prêtre. (voir notre dossier : "Le sport, une porte d'entrée en pastorale ?")

Ce match d’ouverture, vendredi soir, France-Roumanie, donne le ton pour la suite de la compétition. Alors que l’ambiance en France est faite d’inquiétude terroriste et de climat social tendu, ce match rassure sur la capacité à organiser un grand événement.

Etre dans l’enceinte du stade ce soir-là, c’est donc être partie prenante d’une rencontre entre des nations certes autour du foot mais au-delà, c’est une rencontre interculturelle.
Je suis marqué par le désir de l’UEFA que ce soit un temps de fête marqué par le respect, chaque maillot porté par les joueurs le rappelle.

match france-roumanie Euro 2016

A la sortie  du stade, il y a la joie d’avoir vu son équipe nationale marquer deux fois et gagner ce premier match. C’est une bonne entré en matière ! Si le match a été parfois engagé voir rugueux, pas de cartons rouges, pas de violence et une belle ambiance dans le stade, chants, olas…, que l’on soit des supporters des bleus ou des jaunes !

Je retiens une belle ambiance que j’aurai aimé voir aussi à Marseille, ce qui n’a pas été le cas le lendemain.

Les Roumains n’étaient pas des « adversaires », mais des « invités ».

Le foot et ma vie de prêtre

Le foot est le sport qui compte le plus de licenciés en France et dans le monde. Cette adhésion sportive soutenue par sponsors et médias donne cet engouement collectif.

Le foot et ma vie de prêtre c’est une longue histoire. Séminariste puis jeune prêtre, je faisais du foot en club, mais sans les matchs prévus le dimanche matin !

Le foot avec les jeunes en pastorale

Il y a aussi toutes les pauses des rassemblements de jeunes en catéchèses, en aumôneries ou dans les camps. Le foot est l’activité qui, dès que l’on a un ballon, peut se vivre quasiment partout, même s’il y a eu quelques vitres cassées et parterres de fleurs détruits !

Sur un terrain chacun se révèle autrement que durant l’heure de catéchèse ou pendant la répétition de la messe de confirmation. Le foot est un beau lieu d’échanges et de connivence entre les joueurs, c’est aussi une belle source d’inspiration et de métaphores pour les homélies.

De là à dire que le foot est une religion, il n’y a qu’un pas que certains commentateurs font… Mais avec ses équipes, ses supporters et ses défis, laissons le sport être le sport.

L’Euro, des relations porteuses d’avenir

Finalement, vive l’Euro, vive les rencontres interculturelles ! Encourageons toutes les équipes, recevons toutes les équipes et leurs supporters comme des invités de marque.

Alors que des tensions en Europe existent avec leurs lots de souffrances, de morts et de détresses, une manifestation sportive pacifique peut témoigner de relations porteuses d’avenir. Quand la différence n’oppose plus, c’est la paix qui gagne !

 

 

 

#Synod2018

Synod2018

#Panama2019

Logo JMJ Panama 2019

Web TV

Web TV

Inscription à la newsletter