Un chemin de croix spécial JMJ

le COL vous propose de vivre un chemin de croix pour nous préparer à vivre les JMJ

♦ Le chemin de croix :

 

Pour chacune des stations, retrouvez :

      • une lecture
      • une méditation
      • une prière

Première Station: « Jésus est condamné à mort »

V. Nous T’adorons, ô Christ, et nous Te bénissons.
R. Parce que Tu as racheté le monde par Ta Sainte Croix.

Lecture

« Pilate lui dit alors : « Donc, tu es roi ? » Jésus répondit : « C’est toi qui dis que je suis roi. Je suis né et je suis venu dans le monde pour rendre témoignage à la vérité. Quiconque appartient à la vérité écoute ce que je dis. » Pilate répliqua : « Qu’est-ce que la vérité ? » Après ces mots, Pilate alla de nouveau trouver les Juifs à l’extérieur. Il leur dit : « Je ne trouve aucune raison de condamner cet homme. Mais vous avez une coutume : que je vous relâche un prisonnier à la fête de la Pâque. Voulez-vous que je vous relâche le roi des Juifs ? » Ils crièrent : « Non, pas lui ! C’est Barabbas que nous voulons ! » Or, ce Barabbas était un brigand. » (Jean 18, 37-40)

Méditation

Pilate ne trouve pas en Jésus un motif de condamnation, tout comme il ne s’oppose pas quand les juifs Le condamne. Dans son dialogue avec Jésus, Pilate est confronté à la Vérité, « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie », et s’interroge sur cette Vérité. Mais son coeur s’endurcit immédiatement et il reste sourd aux Paroles du Christ, il ne comprend pas qu’il a devant lui Celui qui peut faire toute chose. « La Vérité vous rendra libres » (Jean 8, 32) – Pilate n’est pas libre; même si cette Vérité l’a troublé; et malgré le fait qu’il ne voit en Jésus aucune faute, il n’a pas été capable de se décider pour le Christ, et a laissé les autres le condamner. La voix de la foule l’a emporté sur la Parole qui résonnait dans son cœur. Nous, les jeunes, tant de fois nous sommes interpelés par le Christ à nous décider pour Lui ! Et tant de fois notre réponse est comme celle de Pilate: vide; parce que nous nous laissons accommoder, conditionner par ce qui est extérieur, par les foules. Peut-être parce que nous nous confrontons à nos fragilités, nos peurs, nos incertitudes, peut-être par cette facilité à nager avec le courant, nous n’écoutons pas la voix du Seigneur, une voix exigeante mais libératrice, tendre, qui nous invite au vrai compromis sincère, à ce que nous soyons Son témoin dans les différents environnements quotidiens: école, université, travail, famille, amis, couple. C’est pour moi que le Christ s’est livré, le Christ n’a pas fui devant la Croix, Il l’a choisi; comme Il m’a choisi à moi, avec mes défauts, pêchés, fragilités et insécurités.

Prière

Seigneur, que dans ce Chemin de Croix et dans ma vie, je me laisse aimer par Toi, reconnaissant la Vérité de Ton cœur. Que je ne Te laisse jamais seul, que l’exemple de tant de Jeunes avec qui je vais être dans ces Journées Mondiales de
la Jeunesse m’aide à toujours décider pour Toi, Mon Dieu. 

Deuxième Station: « Jésus est chargé de sa Croix »

V. Nous T’adorons, ô Christ, et nous Te bénissons.
R. Parce que Tu as racheté le monde par Ta Sainte Croix.

Lecture

« Pilate voulut contenter la foule et leur relâcha Barabbas ; puis il fit frapper Jésus à coups de fouet et le livra pour qu’il soit crucifié. Les soldats emmenèrent Jésus dans le prétoire, l’intérieur du palais du gouverneur, et ils appellent toute la troupe. Ils l’habillent d’un manteau de pourpre, et posent sur sa tête une couronne tressée avec des branches épineuses. Puis ils se mirent à le saluer en lui disant : « Salut, roi des Juifs ! » Ils le frappaient sur la tête avec un roseau, crachaient sur lui et se mettaient à genoux pour se prosterner devant lui. Quand ils se furent bien moqués de lui, ils lui enlevèrent le manteau de pourpre et lui remirent ses vêtements. Ils l’emmènent au-dehors pour le crucifier. » (Marc 15, 15-19)

Méditation

Le manteau de pourpre, la couronne, la clameur du peuple qui fait le Roi, qui fait l’homme. Au contraire, l’Homme qui autrefois mérita un manteau de pourpre a fini avec un chiffon; l’Homme qui lors de sa naissance a été récompensé d’or, a connu les épines; l’Homme qui a été reçu de façon triomphante à Jérusalem au son de la clameur « Hosanna, fils de David », sent les moqueries et le mépris à Golgotha. Le Christ à qui tout est donné, dans le même instant tout lui est enlevé. L’humiliation se fait entendre et à la crucifixion il est condamné. Souvent, nous aussi, convertis à l’amour de Dieu, nous Lui entrelaçons la couronne d’épines, nous aussi nous Le délogeons, par peur, par honte, par tentation. Quotidiennement nous essayons la richesse d’être les enfants du Très-Haut et même comme ça nous ne sommes pas capable de nous livrer à l’humiliation du Christ. Ne nous conformons jamais avec la douleur de l’humiliation de qui nous croise: consolons, aidons, imitons le Christ.
Jésus n’a pas seulement été condamné à la Croix, Jésus a été condamné pour me sauver. Le Christ ne va pas simplement à la rencontre d’un simple bout de bois, le Christ vient à ma rencontre.

Prière

Seigneur, que dans ce Chemin de Croix et dans ma vie, je n’ai pas peur de me faire foyer : de savoir Te recevoir et T’aimer de toutes mes forces. Aide-moi à savoir recevoir avec prière tous ceux qui viennent pour les JMJ, qui veulent se rapprocher de Toi étant plus proche du Pape. 

Troisième Station: « Jésus tombe pour la première fois »

V. Nous T’adorons, ô Christ, et nous Te bénissons.
R. Parce que Tu as racheté le monde par Ta Sainte Croix.

Lecture

« Venez à moi vous tous qui êtes fatigués de porter un lourd fardeau et je vous donnerai le repos. Prenez sur vous mon joug et laissez-moi vous instruire, car je suis doux et humble de coeur, et vous trouverez le repos pour tout votre être. Le joug que je vous invite à prendre est bienfaisant et le fardeau que je vous propose est léger. » (Matthieu 11, 28-30)

Méditation

Jésus, sur le chemin, au milieu de la foule, tombe au sol sous le poids de la Croix, sous les cris et murmures de la foule. Après être tombé, Jésus se relève et continue à monter jusqu’au Calvaire où il savait qu’il serait crucifié sur la Croix,
qui s’y lourde, L’a fait tomber. Avec cette première chute, Jésus nous laisse une invitation, nous montre un chemin, une façon d’être et d’agir. Notre Seigneur nous propose un chemin d’humilité, le chemin qui mène à la Résurrection, le chemin qui nous permet de reconnaitre notre impuissance et toucher la Puissance de Dieu, et dire comme Saint Paul « Ce n’est plus moi qui vit mais c’est le Christ qui vit en moi. » (Galates 2;20)

Prière

Seigneur, fais que je T’accompagne dans les chutes et que je ne T’abandonne pas. Aide-moi à me reconnaître petit et impuissant, en sachant que c’est Toi qui peut tout faire. Aide-moi à accepter que les fruits des JMJ reposent davantage sur Tes forces que sur mes forces.

Quatrième Station: « Jésus rencontre sa Mère »

V. Nous T’adorons, ô Christ, et nous Te bénissons.
R. Parce que Tu as racheté le monde par Ta Sainte Croix.

Lecture

« Siméon les bénit et dit à Marie, la mère de Jésus : « Cet enfant causera la chute ou le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe qui provoquera la contradiction, et il mettra ainsi en pleine lumière les pensées cachées dans le coeur de beaucoup. Et toi, Marie, la douleur te transpercera l’âme comme une épée. » (…) Sa mère gardait en elle le souvenir de tous ces événements. » (Luc 2, 34-35, 51)

Méditation

Notre Seigneur Jésus Christ, au milieu de la tourmente, de la douleur et de la souffrance, trouve Sa Mère, Marie. Au milieu de la foule leurs regards se croisent, et avec eux le Ciel et la Terre. Pendant quelques instants, Jésus se sent accueilli, consolé, au milieu de tant de douleur; Il reconnaît la présence, l’amour et la façon dont Elle se livre. D’un autre côté, la Vierge Marie, qui est la Mère de Jésus, l’Enfant Jésus qu’Elle a vu naître est le même Homme que Notre Dame des Douleurs voit se faire condamner. Même comme ça, Marie reste près de la Croix, près de son Fils, confiante dans celui qui est le Salut de chacun de nous. Depuis le moment où elle a dit Oui, Marie se révèle avec une fermeté, une confiance, une audace, des attitudes qui marquent aussi le caractère propre de la jeunesse, et reflète une Eglise jeune. Notre Dame a su rester et accueillir la douleur. La jeunesse n’est pas de l’irresponsabilité, de la légèreté, de la volatilité, c’est être entier avec la force de la passion, vitalité et toujours accompagné de la Vérité.
Dans cette rencontre, Marie voit son Fils chargé de la Croix, à me porter sur ses épaules, à me sauver. Et même comme ça, Marie reconnaissant chacun de nous, reste et nous accueille, elle nous retire de la foule directement dans Ses bras.

Prière

Seigneur, fais que je sache être un signe d’espoir et d’accueil avec ceux qui me croisent. Qu’au milieu des défis de la jeunesse, les JMJ puissent être source de lumière et refuge pour tant de Jeunes qui Te cherchent.

Le Synode sur la synodalité

Le Service civique dans l'Eglise

Laudato Si

#ChristusVivit

Faites vivre vos paroisses !

Newsletter du SNEJV

Newsletter du SNEJV