Quelques propositions pour bâtir un temps de relecture avec les ados

Relecture

Relire le temps du confinement

Notre vie se constitue peu à peu, à partir d’événements, de rencontres, et aussi de périodes qui semblent creuses au premier regard. Pour percevoir la cohérence de cette vie, pour discerner son sens, comprendre peu à peu où le Seigneur m’appelle, la relecture est indispensable.

Le confinement fut un temps de crise, un temps d’arrêt, de tristesse, de restrictions … mais aussi un temps de joie, de découvertes, de changements … dans ma vie, dans mes relations, dans mes priorités. Il a pu être tout cela. Il est une étape de nos vies, il en fait partie.

Relire permet de faire mémoire. Qu’est-ce qu’on a vécu ? Qu’est-ce que j’ai découvert sur moi-même, sur les autres ? Comment est-ce que Dieu nous parle ? Quel sens donner à tout cela ?

Voici quelques propositions pour bâtir un temps de relecture avec les jeunes.
Ces propositions sont indépendantes. Chacun y puisera la forme la plus adaptée en fonction de son groupe.

Dans tous les cas, on veillera à éclairer l’expérience vécue et le récit qui en est fait par la Parole de Dieu. S’agissant de relecture on pense bien sûr aux disciples d’Emmaüs (Lc 24, 13-35). Mais le récit de la Pentecôte sied bien au déconfinement (Ac 2) ; la rencontre de Jésus avec la Samaritaine (Jn 4, 1-42) éclaire l’irruption du Christ dans nos vies. On peut aussi utiliser un psaume, par exemple le Ps 22 : Le Seigneur est mon berger.

 

Faire le récit de ce qui fut vécu

L’animateur prend le temps, calmement, de faire remonter à la mémoire les événements de ces dernières semaines (l’annonce de la fermeture des écoles, le confinement, les annonces sur les réouvertures, la fin du carême, Pâques … peut-être des événements locaux aussi, des événements ecclésiaux).

Il invite les jeunes à revivre ce temps en pensée, en abordant les divers champs de la vie : la famille, les amis, le smartphone, l’école, la vie spi … Chacun note pour lui, sur son carnet, sur une feuille, des points qui l’ont marqué dans ces différents domaines.

Puis il repère un (quelques) point(s) positif(s), des paroles dites ou entendues, des choses faites, des situations vécues qu’il retient, qui avaient du goût, dans lesquelles Dieu était présent. Et peut-être aussi des souffrances, du mal fait ou subi, des paroles entendues, dites, regrettées.

Selon l’âge et la constitution du groupe, on peut prévoir un temps de partage par deux ou trois ou en plus grand groupe, dans le respect et l’écoute mutuelle. L’animateur veille à la circulation de la parole, à l’écoute. Il reformule, interroge, reprend …

On peut aussi ordonner notre récit en forme de prière d’alliance : pourquoi ai-je envie de dire merci, de rendre grâce ? Je prends conscience de ce que j’ai reçu de bon. Je regarde aussi ce que j’ai raté, ce qui a été source de tristesse, de souffrance … pardon Seigneur. Une nouvelle période s’ouvre : qu’est-ce que je voudrais vivre avec le Seigneur ? Je lui présente mes projets, mes désirs, mes rencontres à venir.

 

La fresque de ce que nous avons vécu

Si l’espace le permet dans le respect des règles de distanciation, on peut prévoir des grands panneaux et pour chaque participant des post-it sur lesquels noter :

  • Une chose qui était vraiment bien
  • Une chose que j’ai détestée
  • Une chose que j’ai découverte sur moi-même
  • Une chose que j’ai découverte sur ma famille
  • Une chose que j’ai découverte sur mes relations avec mes amis
  • Une chose nouvelle dans ma vie que j’aimerais poursuivre

L’animateur reprend les post-it sur les différents panneaux et provoque un échange, en particulier sur le dernier : ce que j’aimerais poursuivre. Est-ce que cela me (nous) aiderait à aller vers le bien ? Comment faire ? Quelles seraient les conditions ?

 

Vers quel monde aller ?

Une proposition inspirée par le réseau Où atterrir après la pandémie ?
Cette belle proposition – intéressante à travailler pour soi et en groupe d’adultes – peut être adaptée pour les jeunes.

Inviter chacun à prendre un temps personnel et à réaliser pour lui-même un tableau à deux colonnes : Qu’est-ce qui a été suspendu, arrêté ? / Qu’est-ce qui est apparu ?
Puis ensuite chacun remet tout ce qu’il a listé, d’un côté ou de l’autre, dans un nouveau tableau : Est-ce que je souhaite que cela reprenne, continue, se développe ? … Ou pas ?
Si cela convient, on peut faire ce travail de façon collective, avec des post-it qu’on va positionner d’abord entre ce qui a été arrêté / ce qui est apparu, puis déplacer vers ce que je veux reprendre ou poursuivre / ce que je ne veux pas reprendre ou poursuivre.
On prendra ensuite le temps d’un partage à partir des tableaux de chacun, ou du tableau collectif. L’animateur fera réfléchir sur les conditions de faisabilité de ces souhaits. Qu’est-ce qui devrait changer ? Comment faire ? Quelles conséquences cela aurait … sur moi, sur mon entourage, sur la société ?

 

Quelle que soit la formule choisie, on conclura par un temps de prière soigné : on prendra le temps de rendre grâce pour tout ce qui a été vécu, ce que nous avons découvert par cette relecture et que nous n’avions peut-être pas perçu.

On priera aussi pour tous ceux qui ont traversé la maladie, le deuil.
On invoquera l’Esprit Saint sur le nouveau temps qui s’ouvre.

Retrouver l'intégralité du forum ados

  • forum

    Forum ados: Répondre aux questions des ados pendant le confinement

    Le printemps 2020 restera dans toutes les mémoires. Cette épidémie et ses conséquences marquent la vie de chacun, dans l’intimité de nos vies quotidiennes. Les plus jeunes sont touchés eux aussi bien sûr : école à la maison, pas de sorties, pas de sport, pas d’aumônerie, de scoutisme … Comme pour chacun d’entre nous, le mot […]

Catéchèse et catéchuménat des adolescents