Handicap, vivre les différences

Permettre un regard positif sur la différence, en modifiant les représentations que l’on a au premier abord, en dépassant les préjugés.

Objectifs de la rencontre :

? Communiquer et sensibiliser les jeunes face au handicap et à la différence.

? Développer une démarche plus fraternelle envers les personnes handicapées, en adoptant un comportement plus accueillant et compréhensif.

Déroulement de la rencontre

18H : Accueil et présentation du thème

Projection du DVD « Lettre à Lou »

(en partie; pour un visionnage complet, prévoir d’allonger l’horaire jusqu’à 22h)

Lou est un petit garçon, né en 1998, est atteint d’une maladie congénitale très rare : le syndrome de dysplasie septo-optique, dit « le Syndrome de Morsier ».
Son papa, Luc Boland, cinéaste professionnel, a réalisé un documentaire sur la vie de son petit garçon, sur le parcours et l’évolution des 6 premières années de l’existence de Lou.

? : pour cette rencontre, nous visionnerons une partie des bonusles entretiens des sœurs de Lou. Comment vivent-elles le handicap de leur petit frère ? et avec l’entourage, la société…

18H40 : Nappe tournante

Autour du mot « handicap », chaque jeune écrit une réflexion par rapport à ce mot et au DVD que l’on vient de voir. Puis chacun change de place et réagit à ce qu’a écrit son voisin et ainsi de suite.
Puis on échange sur les écrits des jeunes.

19H10 : A partir de témoignages de parents d’enfants handicapés. cf. fichiers joints

Lecture + réactions

Comment se sent-on face à ces écrits ?

Qu’est-ce qui nous touche, nous révolte, nous désespère, nous permet d’espérer ?

N.B. : S’il y a le temps, réaliser un panneau avec les réflexions des jeunes. Si non, le faire d’après la nappe et leurs commentaires.

19H50 : Prière :

Béatitudes de l’handicapé » dans Etincelles n°56 (cf. plus bas)

20H : repas – Pique-nique

20H30 : Fin

Béatitudes de l’handicapé
La différence,
Vue du côté de l’« autre »

Bénis soient ceux qui réalisent que je suis un être humain
et n’attendent pas de moi d’être saint,
simplement parce que je suis handicapée.

Bénis soient ceux qui viennent me prendre en voiture et me mènent
où je dois aller joyeusement, et parfois sans que je le demande.

Bénis soient ceux qui comprennent que parfois je suis faible
et non pas seulement paresseuse.

Bénis soient ceux qui oublient la difformité de mon corps
et découvrent la force de mon âme.

Bénis soient ceux qui voient ma personne entière, unique et complète
et non pas une demie personne, ou une erreur de la nature.

Bénis soient ceux qui m’aiment comme je suis
sans chercher à deviner ce que j’aurais pu être.

Bénis soient mes amis dont je dépends
parce qu’ils sont la part de joie de ma vie.

Jacqueline DE DECKER