En préparation de la remise du rapport de la CIASE, lettre du P. Vincent Breynaert

En préparation de la remise du rapport de la CIASE – Lettre du Père Vincent Breynaert, directeur du SNEJV

Chers amis,

Comme vous le savez, la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église (Ciase) remettra son rapport le mardi 5 octobre 2021, après avoir mené l’enquête pendant trois ans. Les vingt-deux membres de la commission dirigée par monsieur Jean-Marc Sauvé ont mené des auditions de personnes victimes et collecté des informations sur les abus sexuels dans l’Église depuis les années 1950. On sait que l’onde de choc sera forte, parmi les catholiques mais aussi pour l’ensemble de la société française.

Vous exercez une responsabilité pastorale auprès des jeunes et des animateurs, ceci vous met en position d’écoute ou d’accompagnement des jeunes et des familles : nous souhaitons par ce bref courrier vous inviter à vous préparer à la réception de ce rapport important souhaité par l’Eglise.

1/ Mardi matin 5 octobre

C’est donc mardi matin, 5 octobre que Monsieur Jean-Marc Sauvé remettra le rapport à Monseigneur Eric de Moulins-Beaufort (président de la CEF) et Sœur Véronique Margron (présidente de la CORREF).

Depuis 3 ans, la Ciase a travaillé dans trois directions : recueillir les témoignages ; tenter de comprendre pourquoi et comment de tels drames ont pu se produire au sein de l’Église et de quelles manières ils ont été traités ; dresser le bilan de l’action de l’Église contre la pédocriminalité depuis 2000 et faire des recommandations pour l’avenir.

Si vous le pouvez, prenez le temps de regarder en direct sur KTO la remise du rapport, de 9h à 10h30 (au programme : témoignage, exposé de monsieur Jean-Marc Sauvé, remise du rapport, bref temps de parole de Mgr Eric de Moulins-Beaufort et de Sr Veronique Margron, puis temps d’échanges).

Sur la chaîne KTO ou sur la chaîne YouTube de KTO.

A partir de 11h, l’ensemble du rapport de la CIASE sera téléchargeable sur le site de la CIASE : www.ciase.fr

2/ Une épreuve

A n’en point douter, ce rapport sera douloureux. Un choc.

Cette douleur, c’est d’abord et avant tout la douleur des enfants victimes. Cette douleur, c’est aussi celle de tous ceux qui, de près ou de loin, ont été touchés par les crimes perpétrés : en particulier les familles et entourages qui ont porté un fardeau terrible et les conséquences de ces crimes. Cette douleur est aussi partagée par toute l’Eglise.

« Si un seul membre souffre, tous les membres partagent sa souffrance » (1 Co 12, 26) : nous aimerions vous inviter à accueillir ce rapport et à d’abord penser à l’épreuve des enfants.  C’est avec le Christ, vainqueur du mal et de péché et source de notre espérance que nous traversons cette épreuve. C’est aussi ensemble, en portant les fardeaux des uns et des autres, et en nous mobilisant sans traîner, que nous souhaitons regarder ce drame.

3/ Accueillir humblement et laisser l’émotion s’exprimer

Nous avons charge de  conduire les jeunes au Christ et nous sommes souvent en contact avec leurs familles. Par la prière et la réflexion, nous devons nous préparer à ce que la révélation de ces drames va susciter.

Nous aimerions vous inviter à ne pas craindre les émotions, les vôtres, celles des jeunes et des familles. Laissez jaillir les sentiments divers, de la colère au mutisme, de la honte aux paroles dures contre l’Institution.  Certains parents vous diront qu’ils ne veulent plus confier leur enfant à l’aumônerie, certains étudiants ne reviendront pas à la soirée étudiante. Pour beaucoup la confiance qu’ils ont en l’Eglise sera abîmée ou brisée. Avec l’aide de la grâce, en son temps, nous essaierons patiemment de la retisser.

L’Eglise est un lieu de paroles, là où une Parole peut retentir. Ecoutons et sachons nous taire… Le dialogue avec les jeunes ne peut se faire sans laisser vivre les émotions et sans donner place aux remarques et sentiments variés.  Il nous faut ensemble « absorber » le choc.

Notre première tâche ne sera pas d’argumenter, ou de tenter d’expliquer, de comprendre. Il est tentant de savoir quoi dire, quoi répondre. On est devant le mystère du mal. Les évêques nous invitent d’abord à accueillir humblement en communion avec toutes les souffrances vécues par les personnes victimes.

4/ Quelques tentations…

Voici quelques tentations relevées par le journaliste de l’hebdomadaire La Vie la semaine dernière (Aymeric Christensen, la Vie du 21 septembre). Je les ai trouvées pertinentes, aussi je vous les cite :

      • Tentation du devoir accompli : croire qu’il s’agit de la fin d’un processus, alors que ce n’est qu’une étape, certes décisive ; par le passé déjà, nous avons pu croire que ces scandales étaient derrière nous et que quelques normes régleraient le problème.
      • Tentation du regard historique : parce que bien des témoignages appartiendront au passé, penser que les faits sont d’abord le fruit d’une époque révolue.
      • Tentation de la paille contre la poutre : relativiser la responsabilité ecclésiale en élargissant aussitôt le regard à d’autres institutions ; à l’inverse, n’y voir qu’un problème catholique, sans considérer les violences systémiques dans tous les domaines de la société.
      • Tentation de la fierté malvenue : parce que les évêques ont fini par lancer une démarche courageuse, se croire autorisé à faire la leçon aux autres.
      • Tentation du « plus grand dessein » : invoquer d’autres urgences, sans percevoir que le sujet est malheureusement devenu pour beaucoup un point de blocage et un écran opaque à l’annonce de l’Évangile.
      • Tentation de la diversion : en profiter pour régler des comptes avec telle personne, telle sensibilité… Ou au contraire, mettre sous le tapis l’examen de personnalités et d’enseignements qui ont pu créer un terrain propice à l’abus.

Une liste certainement pas exhaustive…

5/ Vous aider dans votre responsabilité

En tant qu’hommes et femmes engagés dans l’Eglise pour l’annonce du Royaume, vous serez souvent en première ligne pour accueillir la colère et le désarroi mais aussi témoins du soutien et de la fraternité généreuse à l’œuvre. Peut-être êtes-vous aussi directement ou indirectement concernés par ces crimes. Bref, on n’est pas dans le théorique. Soyons délicats les uns avec les autres !

Nous souhaitons tout d’abord vous dire que le Service national pour l’Evangélisation des jeunes et pour les vocations (SNEJV) ainsi que les autres services de la CEF sont là pour vous soutenir et vous accompagner dans vos choix, vos actions, ou dans votre propre détresse. Toute l’Eglise de France est concernée et souhaite se mobiliser ensemble.

Puis, nous vous invitons à prendre le temps de prier et d’invoquer la miséricorde de Dieu. Le Christ est la tête de l’Eglise. Nous sommes son corps.

 Et vous pouvez envisager avec les jeunes ou les parents différents moments, par exemple :

      • Ecrire une lettre aux animateurs d’aumônerie pour les encourager, leur donner des pistes et les outils existants pour être acteurs de prévention, les inviter à venir vous parler.
      • Vous rendre disponible pour écouter et donner les coordonnées des cellules d’écoute de vos diocèses.
      • Organiser  – en temps voulu –  un temps d’intercession en s’appuyant sur la prière proposée ou d’autres (à la fin d’une rencontre de jeunes ou de parents par exemple).
      • Dans tous les cas, n’hésitez pas à faire appel à des professionnels, hors de l’Eglise, pour vous aider dans cette tâche délicate quand vous sentez que c’est nécessaire.

Et bien sur le SNEJV se met à votre service pour porter avec vous ce fardeau.

6/ Les prochaines étapes. S’informer

Quelles seront les prochaines étapes ? Après le temps de l’accueil et de la légitime émotion, l’Eglise va prendre le temps d’étudier le rapport et en particulier les nombreuses recommandations présentes dans le rapport.  Avec un regard lucide et constructif.  Lors de leur Assemblée Plenière de début novembre à Lourdes, les évêques travailleront sur la réponse à donner à ces recommandations et à cette crise. Les religieux et religieuses de France feront de même lors de leur assemblée à Lourdes mi-novembre.  C’est la poursuite d’un travail de lumière pour lequel nous pouvons tous intercéder.  Puis ce sera le temps de la mise en œuvre.

Dans ce travail où s’articule notre raison et notre foi, nous vous invitons aussi à vous mobiliser et à vous manifester, d’autant plus en ce temps où l’Eglise est invitée dans le grand processus synodal sur la synodalité (communion, participation, mission).  Pour cela :

      • Vous pouvez trouver un certain nombre de documents sur le site de la conférence des évêques de France, ou celui du service jeunes et vocations.
      • Le Secrétariat général vient de publier un Document Episcopat intitulé « Lutter contre la pédophilie : fonder une pastorale responsable (1) »  qui reprend les documents fondamentaux et pose le cadre du travail en cours. Un autre Document Episcopat sortira en décembre, intitulé «Lutter contre la pédophilie : Faire advenir une maison sûre (2)». Il présentera des pistes concrètes et des perspectives.
      • Vos évêques se sont souvent exprimés sur ce sujet : n’hésitez  pas à lire et relayer leur message auprès des jeunes et des familles.
      • Les Délégués Episcopaux à l’information (DEI) des diocèses et des communautés et mouvements ont reçu la semaine dernière un certain nombre de documents ou matériels : n’hésitez pas à vous mettre en lien avec eux pour bénéficier de ces ressources.
      • De son côté, le SNEJV apportera aussi dans les prochaines semaines, après la phase de réception, d’autres pistes pour accompagner les jeunes.

7/ Nous confier au Père de toute miséricorde

Dans les prochains jours, nous prendrons encore davantage conscience que « l’Église enferme des pécheurs dans son propre sein, elle est donc à la fois sainte et toujours appelée à se purifier, poursuivant constamment son effort de pénitence et de renouvellement. » (Concile Vatican II, Lumen Gentium n°8). Pour cela, nous devons implorer la grâce de Dieu. La prière chrétienne est faite de supplication.

Voici la prière universelle proposée pour la messe de ce dimanche 3 octobre (à partir du mardi 5 octobre, d’autres prières seront également proposées par la CEF pour nous aider à accueillir le rapport):

Seigneur,

L’Eglise de France s’apprête à recevoir,

mardi 5 octobre, le rapport de la Commission Indépendante

sur les Abus sexuels dans l’Eglise.

Nous te confions toutes les personnes

qui ont subi des violences et agressions

sexuelles dans l’Eglise : que dans les épreuves

elles puissent toujours compter

sur ton appui et notre soutien.

Qu’à l’image de ton Fils,

nous prenions soin des plus petits

et des plus fragiles pour faire

de notre Eglise une « maison sûre ».

Donne-nous ton Esprit d’humilité

pour vivre dans l’espérance les jours qui viennent.

Avec l’assurance de notre amitié et de notre soutien en ces prochains jours

Nous portons votre belle mission auprès des jeunes dans notre prière,

Père Vincent Breynaert

Et toute l’équipe du SNEJV

PLUS D'INFORMATIONS

Le Service civique dans l'Eglise

L'Eglise, par-delà le confinement

Laudato Si

#ChristusVivit

Année Johannique

Faites vivre vos paroisses !

Newsletter du SNEJV