ça commence aujourd’hui

Daniel Lefebvre est directeur d’école maternelle à Hernaing, près de Valenciennes. Fils de mineur, il exerce avec passion son métier d’instituteur, dans une région qui fut riche et qui maintenant est rongée par le chômage. Entouré d’une équipe compétente et dévouée, il encourage l’éveil et la parole des enfants, et stimule leur créativité. Un soir, une maman vient récupérer avec beaucoup de retard sa fille Laetitia. Voulant l’embrasser, elle s’écroule, ivre morte. Prise de honte, elle s’enfuit, abandonnant Laetitia et son bébé.
Daniel se retrouve seul avec les deux enfants. Il demande aide à la PMI: on lui raccroche au nez…Cela l’amène à radicaliser son action et ses prises de position, à entrer en conflit avec sa hiérarchie, avec des élus. Il va lutter, tâtonner, avancer, se tromper… Le soutiennent dans son combat, sa compagne Valéria, et Samia, une assistante sociale, avec qui pourtant les premiers contacts avaient été orageux. Un drame éclate, qui va le déstabiliser.

Auteur :Bertrand Tavernier
Fiche technique :
Nationalité :
film français

Année :
1998

Genre :
Comédie dramatique

Durée :
1h 57

Interprètes :
Philippe Torreton, Maria Pitaressi, Nadia Kaci
Réalisé par :Bertrand Tavernier

Public :
4°-3° – lycéens

L’avis de :
Une comédie dramatique tournée dans la région de Valenciennes. Par souci de réalisme, l’auteur a mêlé professionnels et personnages réels. Pour ceux-ci, parler de leurs problèmes était un jeu d’enfant.
Bertrand Tavernier suit le directeur d’une école maternelle, Daniel, un instit qui ne baisse pas les bras et ne parle pas seulement de points, de mutations et d’échelons. On a ainsi un hymne au métier d eprof, d’instituteur et aussi à la région du Nord et aux gens du Nord, dont la misère environne les terrils, mais dont aussi l’espoir et la dignité forcent l’admiration.

Cette histoire d’entêtement et de courage, de douleur et de tendresse, s’éclaire au rythme des paysages du Nord. Entre les ciels pluvieux et l’épiphanie des aurores, les taudis dévastés et la campagne noyée dans es brumes douces, une lumière apparaît, et elle transfigure les visages d’enfants pour qui, tout, toujours, commence aujourd’hui.
Ce film n’est pas une superproduction commerciale. Il est un lieu d’émotions partagées, et la musique se fait difèle accompagnatrice du drame qui se développe.

Thèmes inspirés par le film :
La misère, le désespoir, la force de qui croit possible de lutter contre ce désespoir, cette misère. La solidarité.

Points d’attention :

Questions pour un débat :

Quels sont les sentiments qui sont nés en nous, au cours de ce film? Tristesse? Admiration? Colère? Joie?

Quelles sont les misères les plus visibles que nous décrit ce film?

Recherchons les principaux terrains du combat de Daniel. Quelles sont ses luttes?

Quels sont les personnages qui le contracarrent? Quels sont ceux qui l’aident et collaborent?

Quelles sont les « réussites » les plus visibles de Daniel?

Avons-nous aimé ce film? Pourquoi?
Pour aller plus loin :

Paru dans Etincelles – AEP d’Arras – n°78 mai 2001