La Boussole d’or

Lyra, 12 ans, est une orpheline rebelle qui vit à Jordan College, un établissement de l’Université d’Oxford, dans un monde parallèle qui ressemble au nôtre mais qui a évolué de façon un peu différente. Elle a pour compagnon Pantalaimon, son dæmon, un être capable de prendre de nombreuses formes animales.

Le monde de Lyra est en train de changer. L’organisme gouvernemental global, le Magisterium, resserre son emprise sur le peuple. Ses sombres activités l’ont poussé à faire enlever des enfants par les mystérieux Enfourneurs. Parmi les gitans, qui ont perdu beaucoup des leurs, court une rumeur : les enfants sont emmenés dans une station expérimentale quelque part dans le Nord, et on pratique sur eux d’abominables expériences…

Lorsque Roger, le meilleur ami de Lyra, disparaît à son tour, la petite fille jure d’aller le chercher, jusqu’au bout du monde s’il le faut…

Auteur :

Geneviève Gaillot – Chahina Baret – SNCC

Fiche technique :

A la Croisée des mondes. La Boussole d’or est le premier volet de l’adaptation de la série de romans du britannique Philip Pullman, Les Royaumes du Nors (His Dark Materials en version originale).

Bandes annonces :

Plus d’infos sur ce film

Nationalité :

américaine

Année :

2007

Genre :

fantastique, aventure

Durée :

1h 54

Interprètes :

Dakota Blue Richards, Nicole Kidman, Daniel Craig

Réalisé par :

Chris Weitz

Public :

Tous

L’avis de :

Ce film que beaucoup iront voir en groupe, en famille pour les plus jeunes, a suscité quelques remous. Nous vous proposons quelques éléments pour le décrypter si nécessaire entre animateurs ou avec un groupe de jeunes.

Ce film n’est finalement qu’une « héroic fantasy » un film d’aventure fantastique. Ne pas lui accorder trop d’importance.

Thèmes inspirés par le film :

Points d’attention :

Deux points d’attention :

Dans le film, on parle d’un « magisterium » indéfini. Cela recouvre les dérives sectaires de toute institution, de toute organisation qui veut exercer une volonté de puissance et de pouvoir sur le libre arbitre et la conscience des individus (à partir du film, observer tout ce qui concerne les interdits, le secret, les jeux de pouvoirs…).

Les « daemons » sont, par moments, plus un alter ego de la personne que son âme.

( Ils ne sont pas une conscience séparée comme « Gimini Cricket » dans Pinocchio) Observer comment l’un et l’autre interagissent et se régulent.

Questions pour un débat :

  comment le réalisateur nous fait entrer dans le sujet ?

  dans quel genre cinématographique sommes-nous ? Qu’est-ce qui vous permet de le dire ?

  les mondes :

 comment les définiriez-vous ? Connaissez-vous d’autres films où on parle de mondes parallèles ?

 dans quel monde se passe l’action ?

 dans le monde où ce que le réalisateur nomme « corps et âme » sont séparés, que représente vraiment le « daemon » ? Essayer de le définir.

Le daemon change de forme jusqu’à l’âge adulte : qu’en dites-vous ?

Que se passe-t-il quand un personnage perd son daemon ?

Comparez avec d’autres représentations du même type que vous connaissez.

  Quels sont les personnages ?

Particulièrement : Lyra : quel est son objectif ?

Les enfourneurs : à quoi nous font-ils penser ? qu’est-ce qui leur est demandé ? par qui ? dans quel but ?

Lorek Byrnison : qui est-il ? qu’est-ce qui le met en route ?

  Quels éléments vous permettent de classer les personnages entre bons et méchants (vêtements, allure, comportement, physionomie…)

  Quels éléments (objets, moyens de transport, matériaux…) tiennent une place importante ? Pourquoi ?

  Finalement comment les personnages se sortent de l’aventure ? qu’y gagnent-ils ? qu’est-ce qui se joue dans la relation entre eux et contre les autres ?

  Le rôle de la poussière : quand en parle-t-on ? quand la voit-on ?

Que ressent-on au fur et à mesure de l’avancée de l’action ? quelles peurs , les différentes situations rejoignent – elles ? quels désirs également ?

Pour aller plus loin :

On peut s’aider également du schéma actantiel

LE SCHEMA ACTANCIEL complète le schéma narratif de tout récit (CF. Propp). Dégager le schéma narratif, c’est faire apparaître les moments clés de l’enchaînement des événements.

Le schéma actantiel quand à lui, dégage les rapports de force qui s’établissent entre les personnages, et donc font avancer l’action.

On distingue trois catégories actancielles la relation sujet ? objet ; la relation destinateur ? destinataire ; la relation opposant ? adjuvant.

Le sujet est le héros de la quête ; l’objet est « ce qui, celui qui, celle qui » est convoité : l’objet de la quête. Entre eux existe donc une relation de désir.

Le destinateur est « ce qui, celui qui, celle qui  » souffre d’un méfait ou d’un manque et désigne quelqu’un pour le réparer : le destinataire.

L’opposant est donc ce qui fait obstacle à la quête du sujet, tandis que l’adjuvant est ce qui la favorise.

18752450_w434_h_q80.jpg