Journée pour les responsables d’années pour Dieu – VISIO

en visioconférence

En ce mardi 8 décembre 2020, les responsables de 17 « années pour Dieu » se sont retrouvés  – en visio – pour une journée de formation et d’échanges.  Des anciennes et vigoureuses structures comme de plus jeunes fondations… émerveillement devant la diversité des propositions et des charismes qui s’expriment. Plus de 150 jeunes vivent cette année dans ces différents lieux : Hautecombe (HDS), Jeunesse-Lumière, Cap Missio, Année Saint-François… vous retrouvez les lieux  ici

Une année pour Dieu propose toujours 4 piliers : 1/ Formation biblique, théologique et spirituelle 2/ prière quotidienne, personnelle et liturgique 2/ vie communautaire partagée  4/ expérience missionnaire et apostolique.

Les années pour dieu constituent des lieux privilégiés d’enracinement dans la vie chrétienne et de discernement vocationnel, d’où l’importance de veiller à la qualité de la formation et de l’accompagnement spirituel personnel et communautaire.

Au cœur de nos réflexions de cette journée : Comment repérer une authentique vocation ? Comment y rester fidèle ? Les questions de l’idéal et de l’idéalisation dans le chemin de vie d’un jeune. Avec la participation du P. Jean-François Noël, prêtre et psychanalyste du diocèse de Marseille et auteur d’un très bel ouvrage : « Épris d’absolu – idéal, désillusion et confiance ».

Elements de reflexion :

L’Ideal est « un échafaudage nécessaire mais provisoire », qui demande à être infiniment respecté mais qui devra aussi se « dilater ».

On peut repérer chez les jeunes 3 catégories d’idéaux : des idéaux fondamentaux, qui naissent notamment dans la relation aux parents : la beauté, la tendresse, la vérité, la toute-puissance. Les idéaux narcissiques, qui naissent particulièrement à l’adolescence et qui sont liés à l’image de soi. Et les idéaux relationnels de l’âge adulte.

Le formateur dans une année pour Dieu est appelé à prendre en compte l’Ideal, à le respecter avec pudeur mais aussi à ouvrir le champ de l’idéalité pour que le jeune continue à s’édifier. Le défi est de permettre aux jeunes, à l’image de Jacob, de Pierre ou de Paul, non pas de renier son idéal mais de la transformer. Accueillir l’idéal c’est aussi reconnaitre que l’on est imparfait et blessé. L’« écharde dans la chair » ne cesse d’écrire notre propre histoire.

Les responsables de ces lieux de formations ont également travaillé sur différents ateliers :

  1. Formation Comment sont organisées les Années pour Dieu ? Place de la Parole de Dieu ? de l’intériorité ? Quelle prise en compte de l’équilibre spirituel, humain, psychologique, intellectuel ? Question de mixité, lien avec l’extérieur, Aspects administratifs, financiers, structures juridiques
  2. Accompagnements Quelles propositions d’accompagnement personnel : spirituel, humain, psychologique, médical  Propositions d’accompagnement communautaire, sous quelles formes ?  Proposition de retraite ? Quels lieux de parole et de relecture ? Quelle attention au rapport au réel et au monde ? Quel accompagnement en fin de parcours, et après ?
  3. Discernement vocationnel Comment abordez-vous mariage, vie consacrée, presbytérat, célibat non choisi ? Quels outils et propositions pour aborder la Parole de Dieu, la relecture, la rencontre de communautés … Quelles évolutions des propositions et des candidats d’une année à l’autre ?

Notre conviction commune : Devant les nombreux fruits visibles, continuer à proposer ces années pour Dieu et encourager les jeunes à oser prendre ce temps (3 mois, un an) pour fonder sa vie sur le Christ.

 

👉 Inscriptions

Les documents issus du synode confirment les bienfaits de tels lieux pour les jeunes : pour la croissance personnelle, pour l’évangélisation, pour le développement. Dans le Document Final du Synode (octobre 2018), les Pères synodaux encouragent à la mise en place de telles années : « le Synode propose la mise en valeur des expériences de mission des jeunes à travers l’institution de centres de formation pour l’évangélisation destinés aux jeunes et aux jeunes couples, par la mise en œuvre d’une expérience intégrale qui se conclura par l’envoi en mission » (Document final du Synode, n°160). Et le Pape rappelle l’importance de « créer des espaces fraternels et attirants, des foyers, c’est-à-dire créer des liens où chacun se sent une pierre nécessaire à la construction » (Christus Vivit, n°217).

Le Service civique dans l'Eglise

L'Eglise, par-delà le confinement

Laudato Si

#ChristusVivit

Année Johannique

Faites vivre vos paroisses !

Newsletter du SNEJV

Newsletter du SNEJV